Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 août 2021 3 25 /08 /août /2021 06:50

 

 

Après avoir participé le 15 août au triathlon de Courchevel, le FELT X3 Courchevel, avec Sophie ma compagne,  où je me classe 9ème et elle 14ème, nous avons repris la route direction Saint Lary Soulan dans les Hautes-Pyrénées pour me permettre d'être au départ du Grand Raid des Pyrénées vendredi 20 août . 

Un menu bien consistant m’attend avec un peu plus de 160 km et 10000 m de dénivelé +. 

Le départ est donné à 5h du matin. Après presque 2h de montée en contemplant le lever du soleil et la mer de nuages, j’arrive au col de Portet.

Le décor est déjà planté et la course bien lancée. Je passe à la 21ème position.  

Malheureusement dans la descente, une erreur d’aiguillage me fait rallonger le parcours de 4 km. L’objectif était de courir à l’économie et d’éviter tous les efforts superflus, raté ! J’essaie malgré tout de refaire le retard, mais j’ai perdu énormément de places. Je me trouve autour de la 100ème place. Le moral en prend un coup, d’autant que le parcours devient technique et j'envisage même un instant d'arrêter au prochain ravitaillement !

Après 30km et plus de 5h de course, j’arrive à La Mongie. Ma compagne qui me fait l’assistance, m’indique que rien n’est perdu. J’ai grappillé une quarantaine de places, et le colosse Pic du Midi se dresse désormais devant moi sous un soleil qui commence à chauffer. 

Le moral revient ! Je donne rendez-vous à Sophie  à la base de vie de Pierrefite Nestalas qui est située 45km plus loin ! Là-bas, je compterai les points et je verrai si je poursuis l’épreuve.

Après un aller-retour au Pic du Midi, je pointe à la 25ème place. Le soleil est au zénith et la traversée jusqu’à Hautacam est interminable. Le lac Bleu que nous contournons est magnifique, et donne envie d’y aller se rafraîchir. Ça sera pour une prochaine randonnée ! 

Le niveau d’eau dans les gourdes baisse considérablement. Un ravitaillement en eau nous attend à la petite cabane d’Ourrec. Sauf que le stock en bouteilles est insuffisant et ils doivent rationner…il faudra donc gérer et économiser l’eau encore 10km !

Le soleil commence à baisser lorsque j’arrive à la première base de vie au km 75 après 13h d’efforts. Je me sens plutôt bien. Je retrouve Sophie qui m’apporte de quoi me laver et me changer. Je fais un arrêt d’une heure.

Une deuxième partie de course va commencer avec les lampes frontales. On grimpe un sentier qui nous amène sur un balcon qui domine le vaste et lumineux bassin de Luz Saint Sauveur où se trouve la seconde base de vie. Mais il reste encore du chemin avant d’y accéder ! 

Une longue descente nous mène au ravitaillement de Cauterets. J’aperçois Sophie dans le Kangoo aménagé pour l’occasion en couchette. Il est près de 23h, la nuit va aussi être très courte pour elle ! 

Je ressors du Casino de Cauterets à la 27ème place. Le tronçon qui suit est le moins plaisant du parcours. Une grimpette de 1300 m+ pour rejoindre le haut des pistes de la station de Luz Ardiden en passant par des pentes herbeuses très raides ! 

Au col de Lisey, j’aperçois les points lumineux des frontales des autres concurrents qui montent. Une descente abrupte suivant les pistes mène à la station puis la pente s'adoucit. Je fais la descente jusqu’à Luz Saint Sauveur avec un petit groupe de 4 coureurs. L’ascension de ce col au beau milieu de la nuit nous a tous diminués physiquement.

La base de vie arrive donc au bon moment ! Mon classement n’a pas changé. Sophie a installé mes affaires et m’attend devant le ravitaillement. Je fais un arrêt d'environ 45 minutes. Maintenant que je suis à Luz, je dois aller au bout ! 

Il est 4h30, les étoiles brillent encore. Je repars pour rejoindre Tournaboup à 17km. C’est le dernier point de ravitaillement où Sophie peut me retrouver. J’en profite pour changer à nouveau de chaussures. C’est la dernière « ligne droite » avant la ligne d’arrivée. 

Les paysages lacustres et minéraux sont magnifiques, mais nécessitent d’être lucide pour éviter la chute. Un terrain qui ne me convient pas du tout !  Ma progression jusqu’au lac de Loule sera d’ailleurs longue. 

Au refuge de Merlan, je fais rapidement le plein d’eau, et je repars pour l’ultime descente que j’appréhende ! En 2016, sur le 80km j’avais été contraint de marcher sur les 12km de descente. Aujourd’hui les jambes sont comme des bouts de bois, mais j’essaie malgré tout de trottiner. 

Je me fais tout de même doubler par quelques concurrents qui arrivent à descendre avec une belle allure.

Sophie est montée m’attendre à mi-pente. Elle m’encourage pour que je continue à courir jusqu’au bout. Il reste enfin 2km de plat, je retrouve quelques forces pour relancer et éviter de laisser encore filer quelques places au classement.

Après 164km et 34h24 d’efforts, me voilà 29ème et surtout finisher de l’Ultra Tour du GRP !

Je partage cette réussite avec Sophie qui m'a soutenu, encouragé, et qui a été à mes petits soins durant ces deux jours.

Fabien 

 

commentaires